Ce qu’il faut savoir sur l’autocontrôle

Autocontrole-100

Quelques recommandations utiles assurent d'agréables déplacements, sans frais supplémentaires, aux usagers de nos trains.

Quiconque monte à bord d'un train doit posséder un titre de transport valable. Sans quoi, l'usager a la responsabilité de s'annoncer au conducteur avant le départ. Sinon, en cas de contrôle sporadique, le voyageur devra payer, au total, une taxe de CHF 100.– (la première fois), de CHF 140.– (en cas de récidive) et de CHF 170.– (la troisième fois).

Pour mémoire, les Transports Publics du Chablais ont instauré le système de l'autocontrôle sur toutes leurs lignes de chemin de fer (sauf le tronçon Villars-Bretaye) depuis le 1er juin 2009. Avec l'adoption de cette mesure, ils ont rejoint la plupart des compagnies ferroviaires suisses qui fonctionnent de la même manière.

Les fameux panneaux jaunes ornés d'un œil noir informent les voyageurs que des contrôleurs sporadiques peuvent leur demander de présenter leur titre de transport. Ces mêmes panneaux indiquent également la procédure à suivre si l'usager n'en possède pas, à savoir s'annoncer au conducteur. La direction des TPC tire un bilan positif de l'introduction de cette mesure fondée sur la confiance.

Pour Claude Oreiller, directeur des TPC : «Le contrôle sporadique est légitime : il assure un traitement équitable de tous les voyageurs.» Il serait en effet injuste qu'une absence totale de contrôleur favorise les resquilleurs et pénalise les usagers qui paient leur billet. «En aucun cas les agents de contrôle sporadiques ne doivent être confondus avec des représentants de la police ou des agents de sécurité privés», explique Reymond Favre, chef d'exploitation des TPC. «Mais leur présence dans nos trains engendre un effet positif et rassurant à l'égard des autres passagers.» En effet, la présence des contrôleurs sporadiques assure non seulement l'égalité de traitement attendue par la clientèle et contribue à un climat de confiance dans les trains.

Autocontrole

Groupes

Chablais Scope